La folie SNAPCHAT

Créée il y a cinq ans par deux étudiants de l’université de Stanford aux Etats-Unis, l’application de partage de photos et de vidéos possède aujourd’hui plus d’utilisateurs actifs que Twitter. Un succès qui séduit avant tout les moins de 25 ans.

En 2013, Evan Spiegel, co-fondateur du réseau social Snapchat, faisait sensation en refusant une offre d’achat de trois milliards de dollars de la part du géant Facebook. Trois ans plus tard, le jeune entrepreneur de 26 ans est à la tête d’une entreprise estimée à plus de 20 milliards de dollars (plus de 19 milliards d’euros).

Son application gratuite a connu un succès foudroyant et revendique désormais 150 millions d’utilisateurs quotidien, soit 10 millions de plus que Twitter.

Les origines de ce succès

Sur l’ensemble des utilisateurs du réseau social, 71% ont moins de 25 ans. C’est donc avant tout parce qu’elle a su répondre aux attentes de cette génération de “mobinaute” que l’application a su s’imposer.

Alors que nous sommes dans l’ère du “selfie”, Snapchat apparaît comme le moyen le plus efficace pour prendre une photo et la partager à un groupe d'amis.

C’est également le côté éphémère des publications qui plaisent aux utilisateurs. En effet, une photo ou vidéo ne peut être vu qu’une seule fois ou alors ne reste disponible que 24h pour les amis de l’utilisateur. Une fois ce délai écoulé, celles-ci s'effacent définitivement. Sauf si une capture d’écran est faite par un utilisateur qui pourra par conséquent réutiliser le cliché autant de fois qu’il le souhaite.

Le fun avant tout

Evan Spiegel ne le cache pas, son application, il la veut “la plus fun possible”.

Pour cela, Snapchat proposent régulièrement des filtres permettant  de rajouter de petite animation ou de retoucher  en direct les selfies photo ou vidéos de ses utilisateurs avant d’ensuite les partager à leurs amis. 30 millions de selfies utilisant ses filtres seraient ainsi échangés quotidiennement.

Parmi les filtres les plus populaires, on retrouve ainsi celui qui rajoute des oreilles et une truffe de chien, une couronne de fleurs ou encore le « face swaps » qui permet d’échanger son visage avec celui d’un ami (pour des résultats souvent aussi dérangeants que ridicules).

De réseau social à nouveau média

Avec  plus de 10 milliards de vidéos vues par jour, les marques s’intéressent beaucoup à ses filtres et proposent au sein de l’application certains sponsorisés et qui se négocient entre 500 000 et 750 000 dollars. Petit à petit, les médias, comme M6, souhaitant atteindre une cible plus jeune, rejoignent l’application et proposent régulièrement du contenu exclusif.

L’entreprise californienne a ainsi signé un partenariat avec les diffuseurs américains des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, afin de permettre à ses utilisateurs de suivre directement les compétitions sur l’application.

Source : M6 info

Vous aimez Lola Magazine ? Likez nous !